Invitation à participer à une réflexion poétique « Habiter la ville : un droit à conquérir ».

Nous vous invitons à participer à une réflexion poétique collective sur le thème Act’éthique « Habiter la ville : un droit à conquérir »

Nouvelle image

Durant l’été 2015, une pièce mise en scène par Olivier Coulon-Jablonka et jouée par le Moukden-Théâtre va tourner dans plusieurs centres de vacances CCAS. « Paris nous appartient » met en regard les projets urbanistiques d’aujourd’hui et la célèbre opérette d’Offenbach, La Vie parisienne, ode du second Empire à l’opulence haussmannienne.

On parle aujourd’hui de ville créative et de gentryfication mais, sous des airs de fête entretenus par le langage des communicants, c’est peut-être la même histoire qui se répète…

Pour inviter à la réflexion sur cette problématique et vous donner la parole, ce spectacle sera accompagné par un atelier animé par Fanny Travaglino et Julien Mousset.

Nous vous proposons de vous y associer en répondant à ce petit questionnaire dont les réponses vous serviront à composer un poème.

Voici les productions des ateliers sur le thème Act’éthiques « Habiter la ville : un droit à conquérir » :

PONT DE CLAIX

Le 22/07/2015

? Interview de ville
Camille (14 ans), Mathilde (12 ans) et Fanny
Sainte croix aux mines (Alsace)

– Si votre ville était une couleur? VERT
– Si votre ville était une chanson? UN BEAU JOUR
– Si votre ville était une forme? RECTANGLE
– Si votre ville était un fruit? NOIX
– Si votre ville était un livre ? MINE D’ARGENT
– Si votre ville était un objet ? CAILLOUX
– Si votre ville était une odeur ? CARTON BRÛLÉ
– Si votre ville était un film ? LA RUÉE VERS L’OR
– Si votre ville était une boisson ? VIN
– Si votre ville était un élément ?EAU

Le vin coulait à flot par delà la vallée encaissée. Au fond de leur vie une marée d’eau rectangulaire rendait l’horizon vert tirant vers l‘or. Un beau jour une ruée de cailloux s’abattit sur la ville, une odeur de carton brûlé enveloppait la vallée. De ces effluves une mine d’argent naquit, une fortune pour cette ville oubliée, des centaines de petites noix à peine mures dévalaient la colline accompagnées de cris de joie.

 

Écrire un texte en commençant chaque vers par chaque lettre du mot
Maryline

M – mémoire
O – odorat
N – naturel
T – territoire
F – fantaisie
E – Envie
R – revenir
R – rafraîchissant
A – attention
N – Néanmoins
D – Devenir

Un habitant de Montferrand revient chez lui pour voir sa ville. Il vient retrouver sa mémoire pour sentir l’odorat qui est naturel. Il est sur son territoire, mais il ne fait pas de fantaisie – à l’âge de 90 ans, il en a nulle envie. Juste une envie de revenir se rafraîchir la mémoire… « Attention papi ! » lui crie un voisin ! Néanmoins, l’ancien aura pu revenir sur sa ville ; il se demande quel sera le devenir de ces petits enfants…

C’EST A VOUS !

A vos plumes sur le blog des PARLE !

1 Commentaire

Les commentaires sont fermés.

  1. Auteur
    François Laurent 3 années Il y a

    Sous la brise légère d’une nuit sans fin,
    Avec ma gueule de Métèque,
    Je file, je vole vers mon destin.

    Parfumée de patchouli,
    Ma guitare en bandoulière,
    je cherche, je guette les jeux interdits,

    Soudain, face au fruit défendu mon cœur chante sa ritournelle.
    Rouge de désir, gorgée de passion,
    Couchée sur l’herbe folle je m’adonne à la bagatelle.

    Sous la brise légère d’une nuit sans fin,
    Ma guitare posée à terre,
    Je me délecte de ce que devient mon destin.

    Françoise Laurent

    Mon cœur véritable fruit de la passion,rouge,

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?