« Enfance » : atelier d’écriture de poèmes. Territoire Pyrénées Océan

Dans le cadre du printemps des poètes 2012, des actions de sensibilisation à la poésie animées par Jules Ferran ont été proposées dans les centres jeunes lors des vacances de février.  L'objectif de cette initiative étant d’amener les jeunes à l’écriture d’une poésie à partir de la thématique "Enfance". 

Les 6-8 ans et le 9-11 ans des centres de Gèdre et de Nestier ont réalisé de belles productions qu'ils souhaitent partager avec nous !

 

De l'anchois à la baleine

Deux pécheurs sur un bateau

Attendaient une sardine

Mer tranquille, soleil haut

Comme au bord d’une piscine

Les deux marins s’endormirent

Au gré des flots.

 

Un anchois curieux de nature

Contre la barque sans voilure

Tenta de manger le vulgaire asticot

Que nos pêcheurs avaient eu cure

De laisser tremper dans l’eau.

 

Mais l’anchois n’est pas rapide

Et le maquereau qui passait

Avala cet intrépide

Avant qu’un thon des moins stupides

Engloutit les deux pressés.

 

Les pêcheurs toujours dormaient

Dans la barque à poing fermés

Sans pouvoir imaginer

Qu’un baleineau des plus gloutons

Viendrait manger là le plancton

Bousculant l’embarcation

Asticot

Maquereau

Anchois et thon.

 

Les marins très étonnés

Ne purent que constater

Les dégâts ainsi causés

Par le jeune cétacé.

 

Rentrés chez eux

Les deux affamés

Ne purent alors se préparer

Qu’une soupe du potager

Poireau courgette et pomme de terre

Mais sans produit de la mer.

 

Anais, Eline, Charles (6-8ans, 2012)

3 Commentaires

Les commentaires sont fermés.

  1. Parle10 7 années Il y a

     
    La soupe tragique
     
    Un radis
    Aurait dit
    Au céléri
    Que le piment
    Ment.
    La patate l’a entendu
    Et répété à la carotte
    Qui avait des sentiments
    Pour ce piment.
     
    Un haricot,
    Dont le frère était chou
    Et très amoureux
    De la carotte,
    Demanda à la citrouille
    Qui était de la même couleur
    Que la chérie,
    De convaincre le piment
    De partir sur le champ.
    « Je suis trop ronde »
    Dit la « potirone »
    De même ton
    Mais pas de même gout
    Tourne toi donc vers le topinambour
    Qui saura parler d’amour.
     
    Cœur d’artichaut
    Rutabaga
    Se mêlèrent à l’affaire
    Et firent tant de fracas
    Que du haricot le frère
    Se trouva dans l’embarras.
     
    Tous les légumes du jardin
    Furent fâchés le lendemain
    Le jardinier les ramassa
    Et au cuisinier les donna
    Pour en faire une soupe !
     
    Et tu voudrais
    Que je savoure
    Ce potage de légume furieux
    Quand mon ventre ne demande
    Que des légumes heureux.
     
    Propose-moi un steak-frites
    Bœuf et patates
    S’entendent très bien
    Et d’ailleurs par ce sourire
    Je ne peux me sentir que bien !
     
    Paco, Florian, Coline, Marilou, Kelly, Anais, Charles (6-8 ans, avril 2012)

  2. Parle10 7 années Il y a

     
    Il était une fois
     
    Il était une fois un joli dragon
    Qui crachait le feu par les oreilles
    Il faut dire que son problème
    Etait assez délicat.
    Lorsqu’il voulait allumer sa cheminée
    C’est le mur et le portrait de sa femme
    Qui partait en flamme.
    Pour remédier à ce handicap
    Il les boucha avec de la terre
    Espérant ainsi donner à l’air
    La bonne force et le bon cap.
     
    Il était une fois un joli dragon
    Qui n’entendait rien par les oreilles
    Il faut dire que son problème
    Etait assez délicat.
    Lorsqu’il voulait écouter sa femme
    C’est bien sur le bruit des flammes
    Que dans sa tête il entendait tout bas.
    Pour remédier à ce malaise
    Il enleva la terre glaise
    Espérant ainsi se donner la chance
    D’entendre tout sauf les remontrances
    Qui de tomber ne manqueraient pas.
     
    Il était une fois un joli dragon
    Qui subissait des remontrances
    Depuis sa plus tendre enfance
    Il faut dire que son problème était assez délicat.
    Chaque fois qu’il voulait bien faire
    Utiliser l’air ou bien la terre
    Il se trouvait dans l’embarras
    Heureusement qu’un jour de fête
    Il posa des écouteurs sur sa tête
    Et vécu plus heureux qu’un roi.
     
    Les 9-11 ans, avril 2012

  3. Parle10 7 années Il y a

     
    Un renard au pôle nord
     
    Sortant de son terrier
    Le renard affamé
    Ne sait pas quoi manger
    Pas le moindre gibier
    A mettre sous sa dent.
     
    Il doit aller en ville
    Prendre une automobile
    Au fond d’un bidon d’huile
    Y rester immobile
    Jusque au bon moment.
     
    Lors d’un embouteillage
    Le renard sort d’un bon
    Aperçoit un village
    Saute sur le goudron.
     
    Sentant une poubelle
    Son appétit augmente
    Il s’approche près d’elle
    Et se glisse dedans.
    Pas la moindre épluchure
    Que de la moisissure
    Excepté dans un coin
    Derrière une chaussure
    La photo d’un pingouin.
     
    C’était un emballage
    Sentant le chocolat
    Mais le renard inculte
    Lui ne comprenait pas
    Qu’il ne s’agissait là
    Que d’un paquet de glaces
    De glaces au chocolat.
     
    Pour la rose des vents
    Dessinée et peinte en or
    Il comprit qu’au grand nord
    Vivait ce beau pingouin
    Il fit donc le voyage
    Qui dura quelques temps jusques au pôle nord
    Ou il trouva enfin
    Notre animal marin.
     
    « Tu ne sens pas le cacao
    Petit manchot »
    Dit-il
    Tu ne corresponds pas à la belle étiquette !
    « Mais c’est toi qui es fou »
    Répondit le pingouin
    Qui plongea sous la glace
    Comme s’il prenait son bain.
     
    MORALITE
    Méfions nous des emballages.
     
    9-11 ans, avril 2012

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?