Un entretien sans gêne et sans tabou… à Super Besse

Un entretien sans gêne et sans tabou…

Au tout début il y a un chien dans l’institution et ce n’est pas commun, un labrador noir et ensuite à l’autre bout de la laisse, je découvre sa maîtresse, Christine.
Un bonjour échangé et l’on me présente à Liloula quatre pattes de Christine sa guide, sa fidèle.
Nous nous revoyons au détour des couloirs.  Des échanges simples et tout à coup l’envie d’écrire sur vous et de vous soumettre à un questionnaire ;

Rendez-vous au point rencontre. Aussi simple que cela !

Et vous avez dit :-« posez moi toutes les questions que vous voulez sans tabou et sans gêne. »

Nous voilà dans le confort spacieux de cette belle maison Nous avons échangé sur ce qu’il est convenu d’appeler un handicap mais que vous nommez « un don» en raison du regard que cela vous a fait porter sur la vie.

Un échange libre les yeux dans les yeux : un jeu de questions /réponses en somme.

Je suis aveugle depuis l’âge de 27ans. Une alerte pendant ma grossesse et puis le verdict : une atteinte irréversible de la rétine me plonge très rapidement dans le noir en détruisant le nerf optique. Passer de la lumière à l’ombre c’est une claque…
Si j’avais su je n’aurais pas eu d’enfant…
Enfant, j’étais différente des autres, j’étais rejetée, rêveuse. J’ai passé beaucoup de temps à contempler le ciel…

Que voyez-vous ?

_ « Rien ! Je perçois s’il fait jour ou nuit je suis aveugle, j’aime bien dire « nous les miros ! »
Je visualise sans voir ;Je sens les regards posés sur moi je vois sans voir en fait. Je peux facilement deviner grâce à ce don si les personnes qui m’approchent dégagent des ondes positives ou autres. Halo noir ou clarté blanche c’est selon mais je percute tout de suite. L’œil trompe parfois !
Yeux gris, verts ? J’hésite ; Ils sont grands ouverts, elle me fixe et déclare. : » Je ne ferme les yeux que pour mieux voir les choses.

Comment fait- elle pour reconnaître ?

J’évoque avec elle ce livre en dotation 2016 paru aux éditions du Cheyne*« Comme une épaisseur différente de l’air »

Ressent-elle cela à l’approche d’un obstacle ?

Je n’appellerais pas cela ainsi mais plutôt une masse présente à mes côtés.
Ainsi parle t’-elle de ce qu’elle frôle : un mur, un bâtiment, tout n’a pas le même contenu pour elle.

Comment se représente-t’-elle les choses qui l’entourent ?

C’est simple j’ai vu longtemps et j’ai encore plein de représentations encore dans mon magasin: les tomates sont rouges ou vertes je me souviens et j’utilise ces souvenirs.
Je n’ai jamais eu honte d’être aveugle je pense que j’ai voulu transfigurer le monde de mon handicap et que j’y suis parvenue.

Vous portez des vêtements de couleurs vives …

Je les choisis avec ma fille qui a une grande patience et elle me décrit les couleurs en imageant : rouge cerise, rose framboise, jaune citron encore des repères connus.
J’ai renoncé depuis longtemps à la canne je préfère avoir un chien d’ailleurs je VOIS Lilou ! Je ne me la représente pas noire elle est rouge ou verte, elle sourit tout le temps :elle est tout sauf noire !

Et puis la curiosité me pique … Comment vis-tu ?

Bien avant la fin de notre entretien vous m’avez demandé de vous tutoyer…
Je vis normalement mais je me cogne beaucoup.Il suffit que quelqu’un n’ait pas rangé un objet ou pas rentré sa chaise et je me retrouve couverte de bleus.
Je lis beaucoup aussi et il m’arrive à chaque fois que je termine un livre de me sentir orpheline .Les personnages m’habitent je vois à travers eux.

Tout est visionnable en audio description et c’est un vrai bonheur…Je peux donc aller voir des opéras, ce qui me fascine.
Je fais du sport.J’ai pratiqué le cheval, le ski de fond et je nage sans problème.
Je regarde la vie en face.
Récemment Rémi et moi avons acheté un tandem. A part conduire une auto je peux tout faire.
En revanche je ne peux pas aller voir d’exposition de peinture ni de sculpture je mets tous les gardiens en alerte… je m’approche trop je voudrais toucher
Mais j’écoute toutes les musiques sauf le rap je ne m’y fais pas…j’écoute les voix comme on entend de la musique.

Les voix c’est au creux de moi comme la montagne.
D’ailleurs je me sens bien ici blottie au creux de ces montagnes
Le Sancy c’est un endroit rassurant..

J’ai envie de vivre.
Et je réinvente chaque jour ce bonheur en compagnie de ma petite fille qui a 4 ans

 

Notre premier entretien se termine
Elle se confond en remerciements, parle de l’accueil qu’elle a reçu ici, promet de dire au revoir à tout le monde ;
«Une équipe formidable ! »
Rémi parle du retour inéluctable, de l’entretien du gîte qu’ils feront le lendemain…
-« Oh non Rémi ne parle pas du retour ça me donne le cafard ! »
Je lui demande une faveur : qu’elle m’adresse un écrit.
Elle qui n’écrit plus trop m’a fait une lettre bouleversante.
Puis je me suis assise en face d’elle les yeux fermés une feuille devant chacune de nous et nous nous sommes dessinées mutuellement …

Une dernière question pour finir :

-« Qu’as-tu ressenti au cours de cet entretien?»

– « Un bonheur qui va durer longtemps en moi »

Pour moi aussi Christine …Merci ! N
Nicole Ménet Super Besse le 25 mai 2017

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?