LES PARLE A CONTRE COURANT LE 13 JUILLET 2016

Discours d’ouverture du festival

Pascale Berodias, Présidente de la CMCAS Avignon

Contre-Courant est un lieu de partage, de rencontres, d’échanges qui permet une prise de recul sur le monde

 

Michaël Fieschi, Président de la CCAS

Pas grand chose n’a changé en fait, Le spectacle Les Damnés illustre bien l’ambiance actuelle.

Continuons grâce à l’énergie et le savoir faire de certains ou certaines comme Anna, Simone ou Pascale a programmé des lieux de rencontres ouverts à tous comme Contre-Courant.

 CONTRE COURANT

Des vacances

Des nouveaux amis

Une colo, un camping

Une piscine, un festival

Des spectacles, du théâtre

De la danse, du rire

Du soleil, des critiques

Céline

 

Cri-Philippe-Laurent1-300x20018h CRI  Kiaï compagnie

Un spectacle d’acrobatie grandiose.

Des artistes talentueux vous promettent un moment vibrant, aérien et époustouflant.
Les artistes nous proposent une introduction décalée et pleine d’humour sur le thème du rassemblement. Ce spectacle participatif joue sur le talent d’improvisation d’un rappeur dynamique et d’acrobates souplissimes.
Les artistes et particulièrement le premier nous proposent des figures à mi-chemin entre la danse hip hop et l’acrobatie. Ils maitrisent parfaitement des figures incroyables qui demandent souplesse et habileté.
En bref, un spectacle impressionnant bien qu’un peu répétitif.

 

                                                                                            Kelia, Sandra, Lise

Spectacle vivant, très sportif, original.

On ne s’y attendait pas car au début les acteurs faisaient participer le public

                                     

                                                                                             Véronicaz, CCAS Montreuil

 

Au buffet dinatoire

 

Françoise et son mari, habitués de Contre-Courant  militent pour la non fermeture du théâtre du Creil dans l’Oise

 

 

 

CONTRE COURANT

 

Culture accessible

Programmation variée

Public hétéroclite

Accueil chaleureux

Belle création                                    

                                                            Frédéric

 

IN

 

L’Institut Banjamenta

L’Institut Banjamenta

L’ Institut Banjamenta 

Curieux spectacle ou acteurs et marionnettes sont au même niveau sur la scène avec quatorze marionnettes qui se rebellent. . C’est l’histoire d’un institut qui forme des larbins.

 Excellente analyse des rapports hiérarchiques. C’est du bon spectacle, aussi bien au niveau du  poète que de l’artiste ou que de la situation.                                                         

 

                                                                             Ginette, une fidèle de Contre-Courant, Manosque

                                                                               CMCAS Marseille

 

 

KARAMAZOV

D’après les frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski

 

 

je suis à la retraite, j’ai pris le temps de lire le texte avant le spectacle, ce qui m’a rendu ce texte très accessible  car il y a beaucoup de personnages nommés différemment selon le déroulement de l’histoire et l’intrigue est complexe. Les acteurs lisent le prologue au début du roman pour restituer le contexte mais ça ne me paraît pas suffisant. Il vaut mieux ne pas conseiller cette pièce à tout le monde, c’est plutôt pour un public averti.  Les costumes sont arrangés sans époque particulière et le texte est respecté.

En règle générale je me renseigne ou lis avant d’aller voir une pièce, j’aime faire marcher mon imaginaire                                                                                

                                                                                                                    Simone

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

 

 

 

Tigern

Tigern

TIGERN

Tigern est une pièce de théâtre écrite par Gianina Carbunariu et mise en scène par Sofia Jupither. Son titre, qui signifie « tigresse » en suédois, est parfaitement représentatif du thème de la pièce, puisque cette dernière se base sur l’histoire (vraie) d’une tigresse échappée d’un zoo dans une ville de Roumanie, il y a de cela cinq ans. Les témoins défilent, un chauffeur de taxi, un couple de touristes et même un trio d’oiseaux, alias un corbeau, un pigeon et un moineau (car oui, les animaux ont bel et bien leur voix dans ce spectacle, et c’est aussi ce qui en fait toute la dimension). Sous l’humour piquant des protagonistes se cache une véritable critique de la société, où l’auteur pointe du doigt la délicate notion de l’étranger et de l’inconnu, dont la tigresse est ici l’allégorie. Les scènes nous laissent à la fois amusés et déconcertés ; elles s’étirent un peu trop parfois, dans ce décor simple au possible, avec pour seuls accessoires quelques chaises et un micro. On rit des mimiques du corbeau, s’attendrit de la douceur du moineau, mais surtout, on se questionne sur la place et le destin de cette tigresse, de cette étrangère, dans un monde où on ne veut pas forcément d’elle. Le message reste implicite et pourtant indéniablement fort, laissant non pas un sentiment de satisfaction, mais comme une question en suspens dans nos esprits.

 

Sarah, jeune du camp CCAS

 

 

TRUCKSTOP

De Lot Vekemans

Une mère tenant un bar routier, sa fille fragile et un jeune camionneur paumé.

Truckstop

Truckstop

il y a des moments j’en ai eu des frissons.  Beaucoup de flashbacks et une mise en scène intéressante.

                                                                                                            Thomas, jeune du camp CCAS

 

Tu écris souvent Thomas ?

Oui régulièrement j’écris des billets d’humeur. Avant j’écrivais sur un carnet mais maintenant j’écris sur mon téléphone. Je trouve que c’est plus rapide que de corriger sur papier et ça me laisse plus de liberté pour mon imagination. J’écris quand je ne vais pas bien, quand j’ai des coups de blues. Ca me plait que les jeunes s’identifient à mes états d’âme. Je n’arrive à écrire que quand je suis triste, si je suis gai ça ne marche pas.

 

 

 

LES DAMNES

D’après Luchino Visconti

 

J’ai aimé la mise en scène et le décor trash. On se serait presque cru au cinéma avec le spectacle se déroulant sur un côté de la scène. Le théâtre semble plus gore que le film même si le réalisateur y est resté fidèle. Est ce que Podalydes nu sur scène était nécessaire ?

                                                                                                   Marie, CHU Avignon

les damnés

les damnés

 

OFFle crime de l'orpheline

 

Le crime de l’orpheline

De Florence Andrieu, Flannan Obé

 

16h20 à la LUNA

 

Joué par un trio

« J’ai eu du mal à rentrer dedans. L’ambiance est particulière. C’est un couple qui joue quatre personnages sur fond de chansons des années 30.
Style burlesque, situations clownesques. Surprenant, limite spectacle improbable.

 

                                                                                                          Philippe CMCAS, Nice

 

 

ZOOM

Zoom

Zoom

De Gilles Granouillet

 

A l’ENTREPOT à 13h30

 

Mère en mal d’amour et venant d’un milieu social très défavorisé projette sur son fils un avenir en « technicolor »

La mère est jouée par trois actrices de talents, on rie beaucoup et on a envie de pleurer aussi. J’ai aimé la mise en scène vivante

                                                                                                                Nathalie, Montpellier

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?