Six-pieds sur terre

Nous sommes allées voir avec ma fille de 9 ans un très joli spectacle de cirque : « Six pieds sur terre ». C' est fait avec rien et je me suis laissée emporter dans leur monde avec des yeux d’enfant. Six acrobates-jongleurs construisent leur univers à l’aide d’une boite d’œufs des briques en bois et un coffre. C’est poétique, amusant, émouvant . Peu de mots mais qui vont droit au but, une manière de montrer un monde plein d’humanité fait de partage et d’attention. Enfin de la tendresse, et comme le dit ma fille Capucine «  c’était beau parce qu’ils étaient gentils et ils aimaient partager ».

Anne-Laure et Capucine

A l’espace Vincent de l’île Piot

Tous les jours à 11h

2 Commentaires
  1. Bourgon Henri 2 années Il y a

    Samedi 18 juillet 2015
    Trilogie : Le Moche, Voir Clair et Perplexe. Théâtre de l’Argument.
    Une fois la machine lancée, les excellents comédiens nous embarquent dans des univers absurdes, d’illusions et de noirceur. Notre esprit s’embrouille, nous ne savons plus qui est qui ! Les comédiens échangent parfois leurs rôles. Les miroirs renvoient des visages qui ont perdu leur identité. De grands miroirs où se reflète également le public. Moi, parmi le public, je ne sais plus très bien qui je suis et où je me trouve, tant les quatre énergumènes occupant la scène prennent un malin plaisir à nous brouiller l’esprit. La présence du musicien et les quelques sons qu’il égrène me semble par contre inutile. Il n’apporte rien de plus à cet univers déjanté ! C’est, je crois, la seule chose que j’aurais à reprocher à ce spectacle.
    Un spectacle impossible à résumer tant il y a de rebondissements dans les 3h et quelques qu’on ne voit pas passer.
    Et vers 1h dans la nuit, cette petite fraîcheur venue du plateau, qui nous ravie !
    Cette fraîcheur de jeu, cette fraîcheur communiquée par le plaisir qu’ils ont de dialoguer ensemble. Et le vide sidéral qu’ils ouvrent pour nous plonger à l’intérieur de notre conscience.
    Brusquement le confort du salon devient une patinoire où il demeure difficile de se maintenir en équilibre.
    La campagne Suisse n’a qu’à bien se tenir, au moment où les placards se vident de leur non-dit, de l’inavouable et de vies absurdes !

  2. Bourgon Henri 2 années Il y a

    Samedi 18 juillet 2015
    « Barbe Bleue » Caus ’toujours

    19h, les cigales en rajoutent. Sans doute encouragées par les préambules et par les digressions du conteur. Sur une trame traditionnelle : le conteur ronchon qui reproche au public son manque d’énergie. Le conteur à qui il arrive des catastrophes : mort de son musicien et départ de sa femme etc. L’histoire de Barbe Bleue a tardé à venir. Comme la sœur Anne, pour arriver à la conclusion nous avons du emprunter des chemins de traverses, ô combien humoristiques !
    Par les temps qui courent, il convient de ne pas bouder son plaisir. J’ai beaucoup ri, de même que mes voisins embarqués dans ces élucubrations, ces invectives et ces prises à partie.
    Il a la barbe bleue nuit
    A la santé des femmes nuit
    La curiosité et l’ennui
    Ouvrent les interdits
    Que voir par l’huis ?
    Les méfaits du mari.
    Anne as-tu bien dormi
    Dans le sang de la vie ?
    Il est 20h, c’est fini !
    Une femme est née à l’infini.

    Et les cigales, bien que prisent à partie par le conteur, continuèrent à chanter jusqu’à tard dans la nuit. Elles ne purent empêcher cependant, qu’on écoute attentivement et qu’on rit de bon cœur. C’est le privilège des bons acteurs et spectateurs. Mais quelle plaie !

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?